FAQ

Une semaine sans me laver ? (in)supportable ?

Hormis le matin, tout est sec dans le désert. Y compris les humains qui le traversent. La transpiration sur le corps est autre et sa perception aussi. La nécessité de se laver disparaît, même pendant un séjour de 2 semaines. Le sable a aussi cette propriété extra-ordinaire de laver, autant dehors que dedans. Certaines dames s’équipent d’un petit bassin en toile pour faire leur toilette intime.

Des scorpions ? Des serpents ?

Les « bébêtes » sont tellement discrètes à cette période de l’année qu’on en voit que très rarement. Il arrive qu’un scorpion se fasse surprendre, mais sa piqure n’est pas dangereuse et les remèdes (pierre noire des pères blancs) et les bons soins des chameliers font des miracles.

Et si le groupe ne me convient pas ?

Nous ferons tous un cheminement, celui que nous avons à faire, durant ce voyage. Les autres participants y contribueront par leur impact, positif ou négatif, sur nous. Ces participants, comme nous, seront hautement motivés et, de plus ici, ils auront été soigneusement préparés. D’expérience, une solidarité naît spontanément entre les personnes embarquées dans leur voyage personnel et spirituel. Sentir la force d’un tel groupe et le soutien qu’il peut apporter à chacun de ses membres fait partie des expériences à vivre. Absolument.

Faut-il être en bonne forme ?

Il est conseillé d’être en forme, en effet, bien que la marche se fasse au rythme de chacun, que les chameliers adaptent le rythme en fonction du groupe et que les dromadaires peuvent prendre en « charge » l’un ou l’autre participant fatigué.

Faut-il être « jeune » ?

… une dame de 65 ans s’est inscrite en novembre 2012 après avoir répondu « oui » à toutes les questions. Elle a ainsi réalisé un de ses rêves.

Et si j’ai un accident au milieu du désert ?

Il faut un bon bulletin de santé pour pouvoir venir marcher avec nous dans le désert. Ou, au moindre doute, l’accord de son médecin traitant. L’équipe de Youssef, qui a du métier, n’a encore jamais connu d’accident. Mais si cela devait jamais être le cas, Youssef peut alors organiser un transport  vers l’hôpital le plus proche.

Est-ce qu’il faut prendre une assurance rapatriement ?

La meilleure des assurances, c’est de vous visualiser à la fin du voyage en pleine forme et vitalisé par les expériences reçues. Une assurance rapatriement peut vous garantir une grande tranquillité d’esprit. Vérifiez auprès de votre mutuelle si vous n’êtes pas déjà couvert pour les frais d’hospitalisation et même de rapatriement. Il suffit alors d’aller chercher un formulaire.

Pourquoi 12 participants seulement ?

  • Parce que nous sommes convaincus que ce voyage demande un investissement personnel important et qu’il ne s’adresse pas à tout le monde
  • Parce que nous voulons que le groupe reste à taille humaine et que chacun y trouve sa place
  • Parce que nous voulons pouvoir être attentif et répondre aux besoins de chaque participant